Les vaccins COVID-19 pour les enfants de 5 ans et plus sont-ils utiles ou non ?

Cher visiteur,

Cette brochure a pour but le bien-être de nos enfants. Le gouvernement mène actuellement une campagne visant à faire vacciner tous les enfants à partir de l’âge de 5 ans contre le COVID-19.
Et cela nous inquiète, car on en sait très peu à ce sujet. Peut-être trop peu.
La question est donc de savoir s’il est judicieux de faire vacciner les enfants dès l’âge de cinq ans contre le COVID-19.
Nous nous sommes fait quelques réflexions. Et vous, en tant que parent, vous vous êtes peut-être aussi posé des questions à ce sujet.
Pour répondre aux questions que nous avons recueillies, nous avons cherché des réponses dans la littérature et les rapports scientifiques existant actuellement sur l’épidémie de corona.

Pour chaque point, nous avons essayé de tirer une courte première conclusion basée sur la littérature que nous avons trouvée et lue, en mentionnant toujours la source. Il s’agit sans aucun doute d’une lecture sélective, mais qui inclut des données qui, selon nous, sont actuellement sous-représentées dans les médias grand public.
Nous aimerions également que vous nous fassiez part de questions que nous aurions pu négliger.

Il est difficile, et cela prend du temps de trouver toutes les données à l’heure actuelle. Nous pensons donc qu’il est préférable de rassembler toutes les pièces du puzzle que nous pouvons réunir.
Nous insistons à nouveau sur le fait que, en tant que parents inquiets, nous nous préoccupons avant tout de nos enfants en ce moment. Nous ne comprenons pas comment la vaccination de nos enfants peut apporter une solution durable à la crise épidémique actuelle.

Salutations!

Une vaste étude d’observation menée en Allemagne a montré que, dans la tranche d’âge 5-17 ans, pas un seul enfant en bonne santé n’est mort du COVID-19 sur un groupe de 751 000 enfants dont l’infection antérieure par le virus SRAS-CoV-2 avait été prouvée[1].

Dans le récent rapport consultatif du Conseil néerlandais de la santé du 10 décembre 2021 concernant la vaccination des enfants[2], on peut lire que la mortalité liée au COVID-19 chez les enfants anglais âgés de 5 à 11 ans est très faible : on estime qu’environ 1 enfant sur 1 000 000 est mort d’une infection par le SRAS-CoV-2[3].

Selon des données récentes de Sciensano, en Belgique également, on observe pratiquement aucun décès dû au COVID-19 dans le groupe d’âge des 0-24 ans[4]. Par ailleurs, le Conseil supérieur de la santé belge, dans son rapport du 17 décembre 2021, mentionne qu’entre mars 2020 et février 2021, aucun enfant âgé de 5 à 17 ans n’est décédé en Belgique à cause du COVID-19[5].

L’ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) rapporte deux décès d’enfants âgés de 5 à 11 ans en Europe en 2021 pour la période où la variante delta est devenue et est restée dominante (semaines 28-39)[6].

Des informations supplémentaires et une discussion sur la question ci-dessus peuvent être trouvées dans les sources:[7][8][9][10][11]

 

Les enfants en bonne santé âgés de 5 à 11 ans ne tombent pratiquement pas gravement malades après une infection par le SRAS-CoV-2. Dans une étude allemande où le nombre total d’hospitalisations associées à l’infection par le SRAS-CoV-2 était de 359 pour 100 000 enfants, le taux d’admission en unité de soins intensifs est de 0,17 pour 100 000. Le taux de mortalité est de 0,009 pour 100 000. Les enfants sans comorbidité semblent être significativement moins susceptibles de connaître une évolution grave ou fatale de la maladie. Le risque le plus faible est observé chez les enfants âgés de 5 à 11 ans sans comorbidité. Dans ce groupe, le taux d’admission aux soins intensifs est de 0,02 pour 100 000 et le taux de mortalité ne peut être calculé en raison du manque de cas[12].

 

Par conséquent, le virus se réplique moins chez un enfant et un enfant propagera le virus beaucoup moins qu’un adulte, puisque la propagation se fait par les voies respiratoires[13].

 
Une étude comparative de l’immunité cellulaire et des anticorps chez les enfants âgés de 3 à 11 ans et les adultes a été publiée récemment[14] a production d’anticorps contre la protéine spike (le manteau du coronavirus) est élevée chez les enfants. Après une infection complète, la réponse immunitaire contre les autres coronavirus semble être très bonne.

Une autre grande étude menée en Israël[15] montre que l’immunité acquise naturellement après une infection par le virus protège mieux que deux injections du vaccin Pfizer. Dans ce cas, 673 676 personnes vaccinées âgées de moins de 60 ans ont été comparées à 62 883 personnes non vaccinées qui avaient déjà été infectées et avaient donc acquis une immunité naturelle. La probabilité de réinfection était 13 fois plus élevée chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées précédemment infectées. Le risque de COVID-19 symptomatique est 27 fois plus élevé chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées ayant une infection antérieure (pour les personnes de moins de 60 ans). Le risque d’hospitalisation est 7 fois plus élevé chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées ayant une infection antérieure. Bien entendu, cela ne dit rien du risque d’hospitalisation dans ce groupe de population avant l’infection, qui est certainement plus élevé dans certains groupes d’âge s’ils choisissent de ne pas être vaccinés. Toutefois, comme indiqué précédemment, le risque d’hospitalisation chez les enfants est très faible. Après une infection, le système immunitaire naturel des enfants contribuera de manière beaucoup plus robuste à l’immunité de groupe.

Selon une étude néerlandaise[16] on estime que 2 enfants sur 3 âgés de moins de 12 ans ont déjà été infectés. La symptomatologie et la gravité de la maladie SRAS-CoV-2 chez les enfants sont similaires ou moins graves que celles des maladies respiratoires d’autres causes (p. ex. grippe, VRS). Chez les adultes, les épisodes positifs au SRAS-CoV-2 se caractérisent par des symptômes plus fréquents et plus durables et par une plus grande sévérité. Ces résultats peuvent aider à prendre des décisions concernant la politique COVID-19 ciblant les enfants. Nous n’avons pas trouvé de source concernant la situation en Belgique.

De plus amples informations sur la question ci-dessus peuvent être trouvées dans les sources:[17][18]

En ce qui concerne la vaccination par le COVID-19 chez les enfants sans maladie sous-jacente, le bénéfice potentiel en termes de protection de la santé de l’enfant en cas d’infection par le SRAS-CoV-2 est le suivant:

  • A ce stade, le comité note qu’il n’existe que des données limitées sur l’effet protecteur de la vaccination contre la survenue du syndrome multi systèmique inflammatoire pédiatrique (“ PIMS “) dont la fréquence est estimée à 1 sur 3 000 enfants infectés par le COVID-19.
  • De nombreuses questions subsistent également au sujet du syndrome COVID pulmonaire chez les enfants. Le Comité note que davantage d’études cliniques sont nécessaires pour tirer des conclusions sur la prévalence/la durée de vie de la maladie d’un tel syndrome chez les enfants et sur l’avantage/importance de la vaccination pour réduire le risque de développer ce syndrome.
Aucun vaccin COVID-19 n’a encore été approuvé par l’EMA dans aucun groupe d’âge. En Europe, il n’existe qu’une AMC (autorisation de mise sur le marché conditionnelle), mais pas encore d’AMM (autorisation de mise sur le marché). Donc personne n’est responsable. Si les choses tournent mal, vous vous retrouvez seul. Les producteurs[21][22] ont obtenu l’immunité contre les poursuites judiciaires lors des négociations du contrat. Les messages diffusés par les médias sont trompeurs dans la mesure où ils insistent sur le terme “approuvé” sans préciser qu’il est conditionnel.

Nous trouvons donc étrange que l’on dise et répète toujours aux pharmaciens, aux médecins généralistes, aux centres de vaccination, aux hôpitaux, aux médias, etc. que les vaccins sont “sûrs”. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Ni légalement par les fabricants de vaccins eux-mêmes (en raison de l’urgence déclarée)[23], ni par le gouvernement (pas de vaccination obligatoire, donc votre propre choix)[24].

Les principaux effets secondaires des vaccins ARNm à ce jour, la myocardite (inflammation du muscle cardiaque) et la péricardite (inflammation du péricarde), n’ont été constatés qu’après une utilisation intensive[25][26] et n’ont pas été observés pendant les études cliniques.

Deux études[27][28] basées sur la surveillance active sont disponibles et décrivent le risque accru de myocardite après la vaccination avec les vaccins à ARNm. L’intervalle de temps utilisé pour cela va du jour de la vaccination à quatorze jours après la 2e vaccination. Dans les deux études, le risque d’inflammation du muscle cardiaque et du péricarde est plus élevé chez les garçons et les jeunes hommes. Dans la première étude réalisée en Israël, l’incidence – le nombre de cas de myocardite pour 100 000 personnes – pour l’ensemble du groupe a été estimée à 2, 13 cas pour 100 000 personnes, mais pour les garçons et les jeunes hommes âgés de 16 à 29 ans, elle était de 10, 69 pour 100 000. L’étude de Hong Kong ne porte que sur les garçons et les filles âgés de 12 à 18 ans : l’incidence pour l’ensemble du groupe est de 18, 52 cas pour 100 000 jeunes ; pour les filles 4, 53 et pour les garçons 32, 39 pour 100 000. La première étude ne corrige pas le nombre de cas de myocardite diagnostiqués les années précédentes, mais la deuxième étude le fait.
Cette dernière étude montre que le risque de myocardite était 168 fois plus élevé pour l’ensemble du groupe qu’en 2020, et 153 fois plus élevé pour les garçons. Le fait que ce chiffre soit plus élevé pour l’ensemble du groupe que pour les seuls garçons est dû au fait que dans le groupe des filles en 2020 – avant que les vaccins ne soient disponibles – il n’y a pas eu un seul cas de myocardite. Il est important de noter que les deux études montrent que le risque de myocardite/péricardite augmente de manière significative après la 2ème injection par rapport à la 1ère injection. Ceci est à nouveau confirmé dans une série de patients avec 139 personnes de moins de 21 ans. L’étude de Hong Kong montre qu’environ 4/5 des cas se produisent après la deuxième injection. Cela a conduit le gouvernement de Hong Kong à recommander que les enfants et les adolescents ne reçoivent qu’une seule dose du vaccin.

La vaccination ne rend pas moins contagieux pendant une longue période[29]. De nombreuses infections ont été observées dans des zones où des personnes travaillent avec la CST ou dans des environnements où tout le monde a été vacciné. Pour prévenir l’infection, un vaccin doit induire une réponse immunitaire mucosomale[30][31]. Le Corona est un virus qui se propage via les voies respiratoires et pour empêcher cette propagation, il faudrait idéalement que la réponse immunitaire soit également déclenchée dans la couche de mucus – la couche de mucus qui recouvre les cellules des voies respiratoires. Les vaccins actuels étant injectés dans la partie supérieure du bras, l’infection n’est pas combattue avant que le virus n’ait pénétré dans l’organisme. Le système immunitaire des enfants a juste une réponse immunitaire mucosomale qui fonctionne bien. Ce constat remet donc en cause l’utilité réelle de la vaccination des enfants de 5 à 11 ans.

En raison de l’évolution rapide du virus, due également aux nombreuses vaccinations, mais aussi à la transmission à près de 800 espèces animales et probablement à l’homme, ce virus est condamné à devenir endémique. Comme même les personnes vaccinées peuvent être infectées et contagieuses à nouveau, la circulation du virus ne peut être arrêtée.
En d’autres termes, le virus sera toujours parmi nous et deviendra donc endémique[32] dans l’équilibre optimal pour le virus en ce qui concerne le pouvoir infectieux et le potentiel de transformation de la maladie.

Les vaccinations seront toujours en retard par rapport à la variante du virus actuellement dominante.

Si la vaccination réduit la circulation du virus, alors la circulation devrait être la plus faible dans les régions les plus vaccinées. Cependant, les données de Sciensano du 26 novembre 2021[33] ndiquent exactement le contraire, tandis que les données du 3 janvier 2022[34] montrent à peine une diminution du nombre d’infections par rapport à la couverture vaccinale. Et oui, nous savons très bien qu’il s’agit d’un ensemble de données très dynamiques, car ces données dépendent de nombreux facteurs tels que le nombre d’injections, le nombre de doubles injections, le nombre de doubles injections + rappels, le temps écoulé après les différentes injections, la vitesse de déclin de la protection vaccinale dans le temps, la circulation des variants, etc. Les graphiques dynamiques de Sciensano nous apprennent que la stratégie de vaccination ne permet apparemment pas de juguler l’épidémie comme souhaité et attendu. Cela signifie également que la vaccination massive des enfants n’y contribuera que très peu.

  • D’une part, dire qu’un rappel (et probablement un autre rappel) semble nécessaire pour protéger les adultes de la nouvelle variante de l’omikron, car les deux injections précédentes ne protégeraient pas suffisamment, alors qu’elles perdent aussi leur effet avec le temps.
  • D’autre part, on recommande maintenant deux injections pour les enfants âgés de 5 à 12 ans avec un vaccin développé contre la variante originale de Wuhan, qui ne protège apparemment pas suffisamment contre la variante omikron chez les adultes. Cette variante est déjà répandue en Belgique[35] et a été pratiquement éradiquée en Afrique du Sud[36] en moins de deux mois. De plus, l’infection par la variante omikron semble également offrir une bonne protection contre la variante delta qui disparaît[37].

Nous vous demandons, en tant que bon parent et grand-parent de vos enfants et petits-enfants, de regarder et d’étudier tout cela calmement. En tant que parent, vous êtes responsable du bien-être de votre enfant. Encore une fois, nous ne voulons pas inquiéter ou effrayer qui que ce soit. Avant tout, nous voulons que vous sachiez quelles informations nous avons trouvées.

Si votre enfant présente un risque sous-jacent d’infection, discutez d’abord en profondeur des avantages et des inconvénients de la vaccination avec le médecin de famille et, de préférence, également avec les spécialistes qui suivent votre enfant. Encore une fois, un deuxième avis n’est pas un luxe excessif. Votre enfant n’a qu’une seule vie. Après une analyse approfondie, décidez de ce qui semble le mieux pour votre enfant.

Sources

[1] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.11.30.21267048v1

[2] https://www.gezondheidsraad.nl/documenten/adviezen/2021/12/10/vaccinatie-van-5–tot-en-met-11-jarigen-tegen-covid-19

[3] https://www.nature.com/articles/s41591-021-01578-1

[4] https://covid-19.sciensano.be/sites/default/files/Covid19/Meest%20recente%20update.pdf

[5] https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/20211217_shc-9680_covid19_5-11y_vweb_2.pdf

[6] https://www.ecdc.europa.eu/en/publications-data/interim-public-health-considerations-covid-19-vaccination-children-aged-5-11

[7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8437699/

[8] https://data.cdc.gov/NCHS/Provisional-COVID-19-Deaths-by-Sex-and-Age/9bhg-hcku

[9] https://www.researchgate.net/publication/355581860_COVID_vaccination_and_age-stratified_all-cause_mortality_risk

[10] https://drive.google.com/file/d/1VxQvAdOqAYaHl_vdn1-PJKa7OiWZaI2_/view

[11] https://covid-19.sciensano.be/sites/default/files/Covid19/COVID-19_THEMATIC%20REPORT_COVID-19%20INFECTION%20IN%20CHILDREN_NL.pdf

[12] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.11.30.21267048v1#:~:text=Results%20While%20the%20overall%20hospitalization,severe%20or%20fatal%20disease%20course

[13] https://www.nature.com/articles/s41587-021-01037-9.pdf

[14] https://www.nature.com/articles/s41590-021-01089-8

[15] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.08.24.21262415v1.full

[16] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.12.10.21267600v1?utm_content=buffere7cf0&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

[17] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33692194/

[18] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2772613421000068

[19] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8437699/

[20] https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/211216_briefadvies_imc_volksgezondheid_-_vaccinatie_kinderen.pdf

[21] https://www.ema.europa.eu/en/human-regulatory/overview/public-health-threats/coronavirus-disease-covid-19/treatments-vaccines/vaccines-covid-19/covid-19-vaccines-authorised

[22] https://www.ft.com/content/12f7da5b-92c8-4050-bcea-e726b75eef4d

[23] https://www.ema.europa.eu/en/human-regulatory/overview/public-health-threats/coronavirus-disease-covid-19/treatments-vaccines/vaccines-covid-19/covid-19-vaccines-authorised

[24] https://www.ft.com/content/12f7da5b-92c8-4050-bcea-e726b75eef4d

[25] https://janbhommel.nl/hartspierontsteking-en-ontsteking-van-het-hartzakje-na-vaccinatie-met-mrna-vaccins/?fbclid=IwAR2ojFfOlKA47rK2TPESrvjKdVYXijjMuSKd6_0vybYArJn1uiL73RGLP5I

[26] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34849657

[27] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34614329/

[28] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34865500/

[29] https://www.mumc.nl/actueel/nieuws/gevaccineerd-maar-toch-nog-besmettelijk

[30] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33329607/

[31] https://www.nature.com/articles/s41587-021-01037-9.pdf

[32] https://www.nature.com/articles/d41586-021-00728-2

[33] Incidence_vs._Vaccination_Coverage_per_Municipality_in_Belgium_2021-11-26.pdf

[34] https://datastudio.google.com/embed/reporting/c14a5cfc-cab7-4812-848c-0369173148ab/page/giyUB

[35] https://datastudio.google.com/embed/reporting/c14a5cfc-cab7-4812-848c-0369173148ab/page/urrUC

[36] https://www.worldometers.info/coronavirus/country/south-africa/

[37] MEDRXIV-2021-268439v1-Sigal_corr.pdf (ahri.org)